AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden

Aller en bas 
AuteurMessage
Bonnie A. Swightberry
- Elève de 2ème année -
GRYFFINDOR.

Bonnie A. Swightberry

Féminin Nombre de messages : 175
Age : 27
Pseudo : lexi ou asheemenu (a)
Copyrights : Herjuliwiii (L)
Humeur : bien ou bien ? *sort*
Photo d\'Identité. : « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Starry10
Date d'inscription : 18/02/2009

« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden EmptyMar 24 Mar - 22:12

« vous serez tout les deux, en retenue »
• privé jaeden



    « vous serez tout les deux, en retenue », avait articulé le professeur Von Boleyn qui avait surpris les deux jeunes sorciers en plein milieu du remake de la batille de waterloo version sorcier. Le grisonnant professeur aux allures de george clooney avec des kilos en plus retira respectivement 50 points à gryffondor et serpentard. « mercredi soir, à 20 heure, après le repas, salle de retenue, apportez du papier, vous allez suer.» La sorcière grimaça & jeta un regard glacial à jaeden le présomptueux serpentard. La sorcière avait gratifié d'un signe de tête le professeur & avait fourrée le plus rapidement possible sa baguette dans sa poche, elle haussa les épaule, foudroya jaeden du regard et tourna les talons, faisant voler ses cheveux noirs. Elle fulminait & était dégoûté à l'idée de passer une retenue avec cet imbécile de service. Mercredi arriva plus rapidement qu'elle ne le cru. 19h50, elle arriva trainant des pieds devant la salle de retenue. Elle regarda sa montre avec stupéfaction. Pour la première fois de sa vie, elle était en avance. Elle poussa un profond soupire, vous savez celui de la fille, lassée & blasée.


    « je crois que cette fois c'est la bonne ! » annonça fièrement une voix derrière Bonnie. La brunette tourna les yeux, & ses regard abyssal se posa sur la poussinette, jaune qui brandissait fièrement une fiole qui avait des allure de jus de.. framboise ? Ou peut être était ce du smoothie, banane fraise, la sorcière n'en savait rien. Elle s'avança fièrement vers Bonnie & lui dit : « j'ai réussi, mon smoothie ! Tu en veux... Swightberry ? Bonnie non ?» Bonnie écouta les blabla de la sorcière. Celle-ci lui tendait déjà la fiole, pouvant laisser à bonnie le loisir de respirer l'odeur banane fraise. Hum, que ça sentait bon. « hum, ça à l'air bon, merci ! Oui, c'est bien Bonnie, Rum...Rhum.. RUMER ! » annonça fièrement bonnie en prenant la fiole que lui tendait la jeune poufsouffle ! La poussin acquiesça, lui fit un signe de tête & s'en alla. Bonnie haussa les épaules, un peu... Surprise du comportement de la poufsouffle. Sans crier gare, la rouge & or, bu d'une traite la substance dite "smoothie". A première vu, c'était du smoothie, en théorie oui, mais en pratique, je n'en suis pas persuadée.

    « swightberry, vous êtes la première, entrez & postez votre baguette sur le bureau.» dit alors le professeur Von boleyn surgit de nulle part qui était déjà entré dans la salle, bonnie se sentait légèrement sonnée. Elle secoua la tête. Haussant la épaules elle rentra dans la pièce, posa avec dédain sa baguette sur le bureau du professeur. Elle tourna la tête et se dirigea vers une table au fond. «là. » rugit le professeur en montrant du doigt le table où se trouvait deux feuilles vierges ainsi que deux encriers. Elle poussa un soupir et tira la première des deux chaises. Elle réalisa qu'elle allait devoir être à côté de l'autre bouffon. Elle s'assit contre le dossier de la chaise et remit doucement sa jupe grise sur ses cuisses. Elle regarda le professeur, en croisant les bras. Elle le fixait, sans sourire. Peut être avec une pointe de défi dans le regard.

    Il se leva & écrit au tableau, " je ne dois pas me battre dans les couloirs de château X 2oo " quoi ? des lignes, elle poussa un autre soupir que le professeur perçu alors, il rétorqua. « swightberry, vous feriez bien de commencer, si ce n'est pas fini, vous reviendrez pour une deuxième heure. », la sorcière grimaça, tortilla un des ses mèches de cheveux & dit alors, de sa voix, douce, calme & mielleuse : «je préfère l'attendre. » elle croisa doucement ses jambes & adressa un sourire au professeur. Bonnie savait être mielleuse avec les professeurs quand il le fallait. De toute façon, elle était innocente, c'était la faute de Jaeden, il aurait du savoir qu'elle ne serait pas tendre avec lui après une humiliation publique. Bizarrement, plus elle pensait à Jaeden, plus elle se sentait bizarre, le " enculé de sa race" qu'elle utilisait toujours dans ses pensées pour parler de lui, se transformait en "jaeden"...

    Un grand type dans l'encadrement de la porte. « betty ! », s'exclama le serpentard en entrant de la pièce. Le sang de bonnie ne faisait habituellement qu'un tour, d'habitude, elle lui rétorquait bien des mots, méchants, brutes, sans cœur. «baguette ici, toi là bas ! » marmonna le professeur, en désignant d'abord le bureau puis la chaise voisine à celle de bonnie. Il s'approcha de la table, frôlant bonnie, étrangement silencieuse depuis son entré dans la pièce, elle avait été tout bonnement incapable d'articuler une méchanceté. Cœur. «une heure & demi pour écrire deux cent fois ce qui est au tableau, si c'est pas fait, vous me ferez un devoir supplémentaire. Je vous laisse, j'ai d'autre hippogriffe à fouettez. Je ne veux pas un remake de Stalingrad version sorcier, c'est clair ? j'embarque vos baguettes avec moi.» il sorti de la pièce emportant avec lui les deux baguettes, claquant alors la porte.

    Bonnie soupira, passa ses cheveux sur son épaule droite, dégageant son cou gauche. Jaeden était à sa gauche, elle avait refusé de le regarder. Elle s'était penché en avant pour attraper sa plume, c'est alors qu'elle croisa le regard de jaeden, elle sourit. Une révélation lui apparut alors, elle ne le détestait point, elle ne le haïssait point. C'était d'un coup tout le contraire, sa haine pour ce type et sa répugnance envers lui c'était comme par magie transformer en... amour ? Peut être. Ou du moins en attirance très très très forte. Bonnie n'avait plus tout à fait son esprit pour en arriver à la déduction que la boisson de rumer s'apparentait à la famille des philtres d'amour.


Dernière édition par Bonnie A. Swightberry le Jeu 26 Mar - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://distraho-spiritus.forumactif.com
Jaeden D. Adam
- Admin -
- 4ème année -
SLYTHERIN.

Jaeden D. Adam

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 26
Pseudo : Nico
Copyrights : Obsession 27 (gif + icon). Asheemenu (avatar). Jet - Are you gonna be my girl ? (citation signature)
Humeur : yo
Photo d\'Identité. : « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Gifstevenstrait3
Date d'inscription : 18/02/2009

« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: Re: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden EmptyJeu 26 Mar - 2:51

    Bonnie Swightberry. Il se retrouvait à quelques centimètres de Bonnie Swightberry, après un mémorable duel dans les couloirs du deuxième étage. Qui sait quelle en aurait été l’issue si Von Boleyn n’était pas intervenu. Le jeune homme avait une nouvelle fois provoquée la jeune sorcière, et ce jour-là, elle n’était visiblement pas d’humeur. Sa violente réaction parlait d’elle-même. Ce fut un beau duel, les sorts fusaient de tous sens, tout comme les insultes. Jaeden en prit pour son grade, c’est le moins que l’on puisse dire, mais il avait du répondant, et Bonnie en pâtit. Le seul souvenir de ce duel le faisait sourire. «J’aurais gagné si cet abruti était resté à l’écart. » De la pure provocation Du Jaeden tout craché. Habituellement, elle l’aurait fusillé du regard, lui aurait répondu sur un ton cinglant mais cette fois ci, rien. Enfin… il aurait juré voir un sourire sur ces lèvres. Elle trempa sa plume dans l’écrier et commença à copier, l’air de rien. Il n’en croyait pas ses yeux. Elle lui avait bel et bien sourit, mais un vrai sourire cette fois ci, pas le sourire jouissif qui s’était largement étiré sur son visage durant le combat, ni le sourire satisfait lorsqu’elle arrivait à avoir le dernier mot. Un sourire sympathique. Bonnie, sympathie, Jaeden. Il est amusant de voir comme ces trois mots ne vont pas du tout ensemble. Elle qui le détestait depuis un an, lui souriait aujourd’hui.

    A son tour il trempa sa plume dans l’encrier, et écris une première ligne. Je ne dois pas me battre dans les couloirs de château. Il n’y avait aucun intérêt à copier bêtement cette phrase deux cent fois. Aucun. Cette punition fit revenir Jaeden en enfance, lorsqu’il ignorait encore qu’il était un sorcier, lorsque Luke était encore vivant, lorsqu’il avait encore un frère, lorsque tout allait pour le mieux dans sa vie. Une vague de regret le submergea. Il s’en voulait toujours autant, il n’arrivait pas à oublier ses dernières paroles. Luke lui avait froidement annoncé qu’il ne le considérait plus comme un frère. Il l’aimait plus que ça. Sur le coup, Jaeden fut choqué, puis des situations, des paroles lui revinrent en tête. Aveugle, il ne s’était aperçu de rien, et de ce fait avait énormément fait souffrir celui qui l’aimait. La plume suspendu en l’air, il s’était égaré un instant. Un rapide coup d’œil sur la feuille de sa voisine. Elle en avait déjà remplie la moitié. Il se remit alors à écrire, et stoppa net. Un détail l’avait frappé dans l’écriture de Bonnie. Les points de ses i. Enfin des points, des cœurs plutôt. Jamais il n’aurait soupçonné telle gaminerie de sa part. Effrayé, il arriva rapidement à une évidente conclusion. Elle était amoureuse. Mais de qui ? « Ces cœurs au dessus de tes i, c’est habituel ou bien… ? » Elle pouffa. Bonnie pouffa. Décidément, il ne la reconnaissait pas. Ce soir, il n’était pas assit à côté de Bonnie. Du moins pas complètement. Ses pommettes rougirent, et elle se remit à écrire, pouffant de temps à autre. Nerveusement. Une véritable greluche. S’il ne s’était pas retenu, il lui en aurait certainement tourné une. Il n’était pas tombé amoureux d’une greluche tout de même. Aurait-il pu se tromper à ce point ? Non. Impossible. Pas Jaeden Adam.

    Une nouvelle feuille. Son poignet le faisait souffrir. Il fit craquer ses doigts, s’étira puis se pencha de nouveau sur sa table. Répéter inlassablement cette même phrase, comme des ouvriers travaillant à la chaîne, effectuant perpétuellement la même tache. Un travail répétitif et abrutissant. Il soupira. Il en avait réellement marre. Et puis d’abord, où était partit Von Boleyn ? Il se sentait mal à l’aise, seul avec celle qu’il aimait. Il n’osait la regardait.
    Il sursauta alors. Quelque chose venait d’effleurer sa cuisse droite. Il se tourna et comprit alors. Il s’agissait de la main de Bonnie. Il ne la savait pas aussi entreprenante, mais cette soudaine démonstration le déstabilisait. Il ne put s’empêcher alors de prendre sa main et de la poser sur la table. Elle pouffa se nouveau. Le professeur redoutait un remake de Stalingrad, Jaeden, lui, redoutait un remake d’une scène d’une célèbre série moldue. Un garçon, et une fille sur un bureau, en train de… J’espère que vous avez compris, pas besoin de vous faire un dessin. Ce ne serait pas sa première fois, mais tout de même, ici, dans une salle de classe, avec la peur d’être surprit à tout moment par Von Boleyn… Quoique cette peur avait quelque chose d’excitant. Il devait se contrôler, elle n’était pas dans son état normal à l’évidence, et il ne devait pas profiter d’elle ainsi. Pas elle. Une autre pourquoi pas, mais pas elle. « Euh.. Betty, tout vas bien ?» Un nouveau pouffement. « On ne peut mieux ! » Il la regarda, suspect. Il ne la reconnaissait définitivement pas. Il l’avait toujours connue, froide, fière, elle l’avait toujours détesté. Elle était vraiment bizarre ce soir… « Si tu le dis… » Elle rougit de nouveau. Son comportement l’inquiétait de plus en plus.

    Lui revinrent alors à l’esprit les paroles de sa sœur qu’il avait croisé dans les couloirs avant de venir en retenue. Elle l’avait regardé avec un sourire en coin et avait murmuré « Bonne soirée. » Aurait elle osé faire une pareille chose ? Non, elle ne pouvait pas. Elle n’était qu’en première année. Les premières années ne savent pas faire des potions de ce niveau. Oui, mais en consultant le bon manuel et en suivant les instructions à la règle, il serait facile de… Non. Mais pourtant, ça expliquerait bien des choses, son comportement tout d’abord… Non. Elle n’avait pas pu. Il se tourna vers Bonnie, elle lui sourit. Elle l’avait fait. Il ignorait comment, mais sa sœur avait mis au point un puissant philtre d’amour et l’avait fait boire à Bonnie, certainement en le faisant passer pour autre chose. Quelle idiote. Elle n’avait visiblement pas mesuré les conséquences. En même temps, ce qu’il espérait depuis plus d’un an arrivait enfin. Alors pourquoi se plaignait-il ? Il pencha lentement son visage vers le sien.

_________________
    « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Iconstevenstrait7
      « I said, are you gonna be my girl ? »


Dernière édition par Jaeden D. Adam le Ven 27 Mar - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://distraho-spiritus.forumactif.com/identification-du-person
Bonnie A. Swightberry
- Elève de 2ème année -
GRYFFINDOR.

Bonnie A. Swightberry

Féminin Nombre de messages : 175
Age : 27
Pseudo : lexi ou asheemenu (a)
Copyrights : Herjuliwiii (L)
Humeur : bien ou bien ? *sort*
Photo d\'Identité. : « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Starry10
Date d'inscription : 18/02/2009

« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: Re: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden EmptyJeu 26 Mar - 23:14

    On surestime la plupart du temps une fille. Lorsque ces dernières sont amoureuses, vous découvrez avec effroi qu'elles ne sont tout simplement que des greluches sans cervelle. Lorsqu'un philtre d'amour agît sur elles, il en va de même, le bon sens qui autrefois les animait semblait tout droit sorti d'un kinder surprise, éphémère & cassable. Oui, vous savez ces cadeaux dans un chocolat moldu qui sont si fragiles. Les filles c'est, nul quand c'est amoureux ça vous prend la tête toute les cinq minutes, tout le temps, cela pouffe de rire, cela gémit, cela rougit, cela murmure & le pire, c'est que généralement, cela dessine des petits cœurs sur les "i". Pathétique. Mais les garçons, quand c'est amoureux ? Cela fait mine de vous haïr, cela tente n'importe quoi pour attirer votre attention, comme quoi aussi c'est nul les garçons.

    De l'audace. Il en fallait. N'importe qui, sous philtre d'amour n'aurait pas forcément de l'audace. Bonnie avait de l'audace, sous philtre d'amour, comme en vrai. Bonnie était une aventurière qui n'avait pas froid aux yeux, non, elle disait tout le temps "cap". Et là, le défi, "cap ou pas cap de se faire jaeden" était apparu dans son esprit aussi clairement que l'envie irrésistible de manger du chocolat. Mais cette envie était plus que de "se faire jaeden", non. Le philtre d'amour comme son nom l'indique produit de l'amour. En temps normal, même si la sorcière avait ressentit un tel sentiment, elle n'aurait jamais cédé, trop fière pour aimer un serpentard & qui plus est LUI, l'orgueilleux Jaeden Adam.

    Il pencha son visage vers le sien. Si elle avait manqué d'audace, elle aurait reculé, rougit puis gloussé. La Bonnie qui glousse n'est pas la vraie bonnie. Non, Bonnie glousse parce qu'elle est amoureuse, cela ne dure que passagèrement, tant qu'elle garde cet amour pour sa personne. Elle mordilla nerveusement sa lèvre, cessant son comportement de greluche, gloussante et rougissante. Bonnie l'amoureuse était toujours là, rempli d'audace, par courage elle cessa de glousser, le philtre n'avait pas complètement annihilé les capacités de la jeune femme, elle savait encore remarquer lorsqu'elle était profondément ridicule. Elle aurait aimé dire quelque chose, mais quoi ? Elle conserva le silence, se mordant une fois encore la lèvre inférieur, doucement, elle n'était pas masochiste. Quoique...

    Elle s'approcha de lui, cessant de mordiller sa propre lèvre. Il aurait pu dire quelques chose, elle se contenta de dire un simple, «chut.», la bonnie greluche aurait pouffé, gloussé, et rougit. Bonnie avait les pommettes légèrement rosée, légèrement plus qu'à l'accoutumée. Elle posa doucement son index sur ses lèvres, retira son doigts et elle l'embrassa. Les lèvres de la jeune fille entrelacèrent celle du jeune homme, qui attrapa les bras de la jeune fille, et le repoussa doucement avant de dire : « attend... », il la tenue a distance quelques seconde. Bonnie afficha une moue, triste boudeuse, on ne repoussait pas bonnie swightberry. Non, on ne l'avait jamais repoussé, par elle, quand elle voulait, elle obtenait.

    « nan oublie ! » lâcha la sorcier, face à la jeune fille, cessant de la tenir éloigné de lui. Sa réaction était bizarre, mais l'issue parut drôlement satisfaire bonnie, qui était décidément bien contente que Von Boleyn ait d'autre hippogriffes à fouetter ! La jeune femme l'embrassa à nouveau, sans se faire prier l’espace d'une seconde. Cette fois, elle ne fut nullement repoussée, non, elle fut satisfaite. Elle posa alors ses mains, dans le cou de jaeden, l'enlaçant ainsi, ils étaient tout deux sur une chaise séparé. Jaeden posa ses mains sur les hanches de la jeune femme, l'attirant contre lui. Trop loin, elle l'était. Le comment & le pourquoi, qu'importe, tout ce qui comptait c'est qu'elle était à califourchon sur lui, & qu'ils s'embrassaient, langoureusement. «et si von boleyn débarque on fait quoi ?», demande t elle, en interrompant le long baiser, comme pour reprendre son souffle, elle plongea alors, son regard azure dans le regard sombre du sorcier de serpentard.


c'est nul, je sort, c'est par où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://distraho-spiritus.forumactif.com
Jaeden D. Adam
- Admin -
- 4ème année -
SLYTHERIN.

Jaeden D. Adam

Masculin Nombre de messages : 62
Age : 26
Pseudo : Nico
Copyrights : Obsession 27 (gif + icon). Asheemenu (avatar). Jet - Are you gonna be my girl ? (citation signature)
Humeur : yo
Photo d\'Identité. : « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Gifstevenstrait3
Date d'inscription : 18/02/2009

« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: Re: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden EmptyDim 5 Avr - 17:00

    Un choix. Saisir cette opportunité qui lui tendait la main ou la refuser. Refuser de profiter d’elle, alors qu’elle n’est pas elle-même, alors qu’elle est sous l’effet d’un quelconque philtre concocté par son abrutie de sœur. Après tout, il était un mec, et serpentard de surcroit, alors pourquoi réfléchissait-il ? Ce qu’il attendait depuis des mois arrivait enfin. Ils s’embrassèrent fougueusement. Il ne regrettait pas son choix. Elle était assise sur lui, et ils s’embrassaient. Enfin. Il avait tant attendu. Bonnie Swightberry avait enfin cédé, par comme il l’aurait souhaité, mais peu importe. Elle lui avait cédé. Les sens à l’affut, il se délectait de son parfum, ne cessait d’admirer l’immensité de son regard. Jamais il ne la lâcherait. Pourtant, il allait bien devoir, leur relation ne pourrait être dévoilée au grand jour. Un serpentard et une gryffondor ensemble, scandale à Poudlard.

    Et si Von Boleyn entrait subitement dans la salle ? Que feraient-ils ? Peu importe. Ce risque d’être découvert à tout instant l’excitait plus qu’il ne l’était déjà. « On s’en fout de Von Boleyn. Embrasse-moi. » Elle s’exécuta. Ses baisers l’enflammaient. Comment avait-il pu attendre aussi longtemps ? Ses mains glissèrent le long des hanches de la jeune femme. Lentement, il lui retira son haut et le jeta dans un coin de la pièce. Baiser passionné. Elle fit de même, lui retirant sa chemise. Et ses mains défirent silencieusement la boucle de sa ceinture. Il finit d’enlever son pantalon lui-même, et son amie en fit de même. En sous-vêtements, ils se regardèrent un long moment et s’embrassèrent de nouveau. Allongée sur le bureau, les mains de son homme de chaque côté de son visage, à quatre pattes. Il ne pouvait se passer de ses yeux. Si grands, si beaux, si bleus. Leurs lèvres s’effleurèrent une nouvelle fois. L’excitation était à son comble. Il baisait son cou, sa poitrine, son ventre, son nombril. Elle, s’agrippait à ses cheveux.

    Alors la porte s’ouvrit à la volée. Interdit, les yeux grands ouverts, la bouche en rond. Monsieur Von Boleyn venait de les surprendre. Leurs corps l’un sur l’autre, leurs vêtements éparpillés aux quatre coins de la salle, l’excitation visible du jeune homme, ses lèvres sur le nombril de la jeune femme. Aussitôt, ils se relevèrent d’un même bond et s’écartèrent le plus possible du bureau. Affolée, elle lui jetait d’incessants regards. Qu’allaient-ils faire ? Leur professeur les avait surpris dans une situation assez gênante, et demain, toute l’école serait au courant de leurs ébats dans la salle de retenue. Et ça ils ne le voulaient surtout pas. « Stupéfix ! » Le corps raidit du professeur tomba à la reverse. Il n’avait pas réfléchit et l’éclair de lumière rouge était parti tout seul. Une chance qu’il se soit trouvé si près du bureau ou étaient posées leurs baguettes. Il lança la sienne à Bonnie. Elle se rua sur ses vêtements et se rhabilla en quatrième vitesse. Amusé, le jeune homme la regardait à l’autre bout de la pièce.

    « Te rends tu seulement compte de ce que tu viens de faire ? Tu viens d’attaquer un professeur. Un professeur ! » Habillée, accroupie à quelques pas de Von Boleyn, elle lui lançait un regard d’assassin. Il avait parfaitement conscience de son acte, et en aucun cas elle ne serait tenue responsable de l’incident. Toujours souriant, il la regardait s’agiter autour du corps pétrifié de son professeur. De nouveau il pointa sa baguette sur Von Boleyn. « Enervatum. » Les yeux du vieil homme tournèrent dans leurs orbites, clignèrent. Que faisait-il allongé sur le sol froid d’une salle de cours ? Un coup d’œil sur sa droite lui indiqua qu’il était revenu en salle de retenue. Bonnie Swightberry se trouvait à ses côtés, complètement affolée, les cheveux ébouriffés. Il s’assit calmement, autour de lui les tables et les chaises étaient renversées, et quelques vêtements par-ci par-là jonchés le sol. C’est alors qu’il l’aperçut. Debout, dans un coin sombre de la classe, simplement vêtu d’un caleçon, baguette en main, un large rictus fendant son visage. Jaeden Adam. C’était donc lui qui l’avait assommé de la sorte. « Vous allez répondre de vos actes devant le directeur jeune homme. » lui lança-t-il en le pointant de son index. Le jeune homme en question entreprit alors de récupérer ses vêtements et de les enfiler. Il aida Bonnie à se relever et baissa les yeux sur son professeur. « Vous ne vous souviendrez de rien Von Boleyn. A trois vous aurait tout oublié de ce que vous venez de voir. Un. Deux. Trois. Oubliettes. »

    Un nouveau coup de baguette permit à Jaeden de remettre la salle en l’état. Puis il vint se mettre à genoux à côté du corps. L’homme écarquilla les yeux, visiblement le sortilège avait parfaitement fonctionné. Il n’avait aucune idée de ce qui s’était passé. Les deux jeunes gens lui racontèrent alors qu’il était revenu les voir au bout d’une heure et qu’il s’était alors subitement évanoui. Eux deux l’avait rassit et avait attendu qu’il se réveille. Encore sous le coup du sort, il avala toutes leurs paroles et accepta cette version des faits. Ils n’avaient plus rien à craindre.

_________________
    « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Iconstevenstrait7
      « I said, are you gonna be my girl ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://distraho-spiritus.forumactif.com/identification-du-person
Bonnie A. Swightberry
- Elève de 2ème année -
GRYFFINDOR.

Bonnie A. Swightberry

Féminin Nombre de messages : 175
Age : 27
Pseudo : lexi ou asheemenu (a)
Copyrights : Herjuliwiii (L)
Humeur : bien ou bien ? *sort*
Photo d\'Identité. : « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Starry10
Date d'inscription : 18/02/2009

« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: Re: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden EmptyLun 6 Avr - 2:00

    « Aïe... ma tête », commença à se plaindre le professeur Von Boleyn. Il semblait visiblement sous le choc. Il devait se croire sujet à des malaises. Signe de vieillesse chronique, de quoi faire s'inquiéter un homme de façon radicale. Il restait assit, incrédule regardant les deux élèves. Il se leva doucement. Bonnie le regarda, guettant un mauvais pas qui le conduirait droit sur le sol, mais visiblement il ne marchait pas trop mal. Son sens de l'équilibre en était un peu chamboulé, mais visiblement rien de bien grave. « euh... rentrer dans vos dortoir... rangez moi ce bazar avant... vous laisserez la porte ouverte je vais.. », il ne fini pas sa phrase, sous le choc le professeur sorti doucement de la salle fermant la porte derrière lui. La porte claqua doucement, Von Boleyn en était tout secoué. Véritablement. Bonnie avait beau être inconditionnellement sous le charme de Jaeden, là, elle trouvait que c'était mal ce qu'il avait fait, mais, en quelque sorte, il avait réussi à sauver leur réputation, au point d'agresser un professeur.

    Bonnie tourna le dos à Jaeden, son éthique de gryffondor, ne s'était pas effacé face à l'emprise du sortilège, d'une certaine manière, elle était réellement toujours elle même. La sorcière fourra sa baguette dans sa poche et ferma un peu plus soigneusement les boutons de sa chemise. Mine de rien heureusement que Von Boleyn avait oublié ce qu'il venait de voir, pas que bonnie soit pudique, mais, elle se serait fait "tuer" par son frère, si il avait appris cela. « tu as attaqué un professeur. » répéta-t-elle doucement, sans pour autant le regarder. Elle n'en revenait pas, un professeur avait été attaqué, elle était certes rebelle dans l'âme, mais jamais, jamais, jamais elle n'aurait attaqué un professeur. Elle savait que même s'ils étaient de vieux croutons, elle leur devait un certain respect, et ne pas les attaquer faisait parti de ce respect. « tu préférais qu'il parle de ça ? » dit alors le jeune homme en fixant le dos de la jeune femme. Elle ne répondit pas. Elle se tourna vers lui, secouant la tête de gauche à droite. Une étrange sensation la parcouru, comme si elle se réveillait un peu. « je n'ai pas dis ça. » dit elle alors, légèrement embarrassé, ses joues c'étaient un peu empourprées. « qu'est ce qui ne va pas bonnie ? »

    Elle leva ses yeux bleus vers lui, regarda autour d'elle et dit alors : « tu m'as appelé Bonnie. », elle rit alors nerveusement. Sans doute un peu perdue. Elle leva les yeux au plafond et releva machinalement la chaise qui était tombé sur le sol tout à l'heure. Le sortilège de Jaeden l’avait oublié, cette chaise là. « Et alors ? » demanda le serpentard, le regard fixant la jeune femme. Cette dernière tenait la chaise. « c'est juste étrange je... qu'est ce que... » Elle lâcha la chaise, se retrouva face à lui, face à face. Beaucoup moins sensuel qu'à l'instant d'avant, le philtre semblait comme... évaporé dans l'air. Bonnie avait la curieuse impression d'avoir retrouvé ses esprits, certes... mais... mais pourquoi ne la dégoutait-il pas comme avant. « chut betty... ». Le visage du serpentard frôla celui de la gryffondor. Une fois encore. Bien que consciente à moitié de ses actes, Bonnie ne le repoussa pas.

    Les lèvres de la jeune femme s'entrelacèrent avec celle du jeune homme. D'ardent baiser en ardent baiser. Les mains de la jeune femme se perdirent à nouveau dans les cheveux du jeune homme. Elle cessa brusquement le baiser et dit alors, froidement & directement : « je sais pas ce qui m'a poussé à faire ça, mais sache que je te déteste Adam. » Chose dites. Oui, elle le détestait, mais à cet instant elle le détestait autant qu'elle désirait l'embrasser. Elle plongea son regard dans le sien, dans le but de lui soutirer une réponse. Le jeune homme surpris, bafouilla un petit quelque chose et affirma alors : « évidement que je te déteste comme si je pouvais aimer une fille dans ton genre betty. », Il sourit nerveusement, Bonnie afficha alors un sourire des plus satisfait. Fière d'elle, elle avait réussi à faire bafouiller le grand l'unique et le méprisable Jaeden Adam. « parfait, maintenant tu la ferme, je la ferme on reprend où on en était. ». La sorcière embrassa alors avec fougue le sorcier de serpentard. Elle le poussa contre le bureau, ses mains toujours perdues dans ses cheveux bruns.

    « Désolé, c'est moi, qui décide. » dit alors le serpentard en soulevant la sorcière et en la couchant sur le bureau, « pas toi, j'impose les règles & tu suis. », il s'assit à califourchon sur la sorcière, qui le regardait en souriant & articula : « salopard. » ils s'embrassèrent alors. Langoureusement fougueusement, les baisers ardents leur brûlaient les lèvres. Assez jouer la personne chaste. La sorcière, commença à défaire avec fougue la chemise du jeune homme, comme un impression de déjà vu, en effet quelques minutes auparavant, ils avaient été là, un peu près dans la même position, mais interrompu par Von Boleyn. Là, rien ne gâcherai ça. Non. Les deux sorciers avait fini par se retrouver en sous vêtement. Les mains de Jaeden parcouraient le corps de la jeune femme, quand il approcha d'une certaine partie, elle le regarda presque interdite.

    La suite ? Pour faire simple, pour être directe, et surtout pour parler sans détour. Jaeden & Bonnie se sont purement et simplement envoyé un l'air dans une salle d'étude. L'un dessus, l'autre dessous. Bonnie respirait fortement, humant le parfum de Jaeden, ce type la dégoutait autant qu'il l'attirait. Elle ne semblait plus trop sujette au philtre, mais, c'était comme si, ce philtre avait réveillé en elle, un sentiment caché et refoulé. La jeune femme passa encore une fois la main dans ses cheveux. Nue sur un bureau, elle devait bien avouer que cela ne lui était jamais arrivé. Ça non. Mais pour elle l'inconnu avait bel & bien une saveur très excitante. Le sorcier étai tout aussi nu qu'elle. Et alors, après ça, Bonnie avait bien de quoi se passer l'envie d'être pudique. « en faite t'es pas un lionne, t'es qu'une tigresse. » lâcha le serpentard en embrassant la sorcière, cette dernière rigola doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://distraho-spiritus.forumactif.com
Contenu sponsorisé




« vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty
MessageSujet: Re: « vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden   « vous serez tout les deux, en retenue »  • pv jaeden Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
« vous serez tout les deux, en retenue » • pv jaeden
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emploi, informatique, belgique, CV, location et tout ça
» Deux têtes valent mieux qu'une...
» Bien le bonjour à tout le monde !
» Tout petit changement
» Je vous déclare la guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
•• Distraho Spiritus ▬  :: — Poudlard » :: 

▬ Le Quatrième Etage ▬

 :: Salle de Retenues
-
Sauter vers: